dimanche 15 juin 2014

Dans la besace.

J'arrive désormais à me l'avouer, il m'arrive de fréquenter les blogs féminins. Pas d'espionnage pervers de seconde zone, juste une simple curiosité amplifiée par les successions de liens croisées sur cette bonne vieille toile.  J'ai mon petit Top 5, que je délivrerai uniquement sous la torture, mais je dois avouer que tout cela m'intéresse. C'est comme passer une petite heure dans la salle d'attente du médecin, sans se taper l'actualité du Prince William en tournée en Australie. On trie, on sélectionne le plus intriguant, et c'est parti pour quelques bonnes minutes de régalade anonyme.
Il y a quelques jours, nous étions à Bangkok, dans l'attente pour nos visas pour l'Inde. Je me suis souvenu de ce blog qui demandait à ses lecteurs d'envoyer une photo des objets qu'ils embarqueraient sur une île déserte s'ils devaient y terminer leurs jours peinards. Puis je suis tombé sur ce merveilleux site. Profitant de ces quelques heures de transit, j'ai donc demandé à Géraldine de vider son petit sac à dos, avant de faire de même. Certes, il manque quelques objets, en escale dans un coin de la chambre, mais l'essentiel y est. Pas de tricherie, voici les objets que nous trimballons en permanence avec nous depuis le premier jour où nous avons pris la route. Je vous épargne le contenu du gros sac qui nous sert de carapace, c'est aussi intéressant qu'un vide grenier devant la maison témoin de Monné Decroix. C'est Gégé qui commence... Ladies first.
ps : Si tu cliques sur la photo, elle s'agrandit. Magique. 


Géraldine
A. Photocopies de passeport : Evidemment, au moment qui nous concerne, les passeports sont dans les mains de l'ambassade d'Inde à Bangkok. Toujours avoir un moyen de justifier son identité, même si c'est une vieille photocopie rincée par une sortie sous la mousson.
B. Des tonnes de livres : L'ennemi numéro 1 du voyageur, c'est le poids. Géraldine est au courant, mais cela ne lui empêche pas de se trimballer minimum trois bouquins. Elle en échange dans les auberges du monde entier, de manière à satisfaire sa soif de lecture ainsi que son lumbago du retour. Sur chacun des livres, elle prend le soin d'inscrire la ville où il a été échangé, ainsi que l'endroit où il sera déposé. Parce que le livre a le droit de prouver qu'il voyage aussi. 
C. Appareil-photo : Difficile de partir sans appareil-photo, mais difficile aussi de dégainer en toutes circonstances. Cette machine là, c'est un excellent moyen de satisfaire son désir de créativité et de se fabriquer une deuxième disque dur de mémoire, mais cela peut aussi parfois être perçu comme un attirail agressif pour des gens qui n'ont rien à secouer que tu te souviennes de leur magnifique sourire. A manipuler avec précaution.
D. Gourde : Elle a accueilli de l'eau fraiche dans les jungles tropicales de Bolivie, du thé bien chaud sur les tracteurs en Tasmanie, ou même des infusions de feuilles de coca au Pérou. Toujours avoir une gourde à ses cotés, ça rafraichit l'organisme comme la confiance en soi. 
E. Le pécule : Oui, c'est Géraldine qui gère les finances. On ne va pas se mentir, si la tâche m'avait été confiée, on serait encore à se demander comment se payer un lift pour Québec City. Je serais aussi certainement encore serveur pour ces vieilles rombières pleines aux as sur les hauteurs de Montréal.
F. Bigophone cellulaire anciennement intelligent  : Quand il arrive à donner l'heure, c'est déjà un franc succès. 
G. Cartes de visite : Echantillon d'une collection ahurissante de ces petit bouts de papiers qui ornent les comptoirs du monde entier. Un moyen efficace pour remplir le scrapbook de la jeune fille, comme pour filer les bons tuyaux aux voyageurs croisés sur la route.
H. Chapeau de paille : Un chapeau acheté à Melaka, Malaisie. Deux mois que je lui fais croire qu'il lui va parfaitement bien alors qu'il est manifestement bien trop petit. Il protège du soleil, et c'est tout là l'essentiel. Gardons ça entre nous, si vous le voulez bien. 
I. Crème solaire + anti-moustique : L'épiderme de toubab est un sérieux client pour permettre au soleil comme aux moustiques de s'exprimer. Une peau blanche en rentrant en France, c'est pas cool pour la "Travelling Cred", mais c'est largement mieux qu'un cancer de la peau. 
J. Sac n°12 : Je ne sais pas ou sont passés les 11 premiers. Je ne sais pas trop ce qu'il y a dedans non plus. 
Romain
1. Echarpe colombienne : Un souvenir d'une soirée festive à Bogota en compagnie de nos potes Seb et Adriana. J'ai toujours du mal à me séparer de ce genre de trucs. Trop de bon souvenirs associés à la Colombie. Certainement mon pays coup de coeur depuis le début du voyage.
2. Portefeuille d'adolescent : Il traîne au fond du sac, sans vraiment pointer le bout de sa fermeture éclair. Il abrite des cartes de métro de Montréal, New-York ou Singapour, et même ma carte d'adhérent au 924 Gilman Street à San Francisco. C'est un cadeau de mon pote Jean Remi alors j'y fais très attention.
3. Lampe - Torche : Un produit signé K-mart, cette magnifique grande surface australienne. Un  outil indispensable pendant notre long séjour sous tente en Tasmanie, un objet toujours cool pour organiser des vieilles farces inspirées de nos colonies de vacances d'antan.
4. Un livre : Il se trouve qu'en ce moment c'est "La peste" d'Albert Camus. Après "L'étranger", nous sommes retombés sur ce gros classique de la littérature française dans une auberge tasmanienne. En le lisant au milieu de mes années collège, je ne m'étais guère rendu compte du génie de l'auteur. Une chronique à huit clos d'une vie quotidienne difficilement surmontable dans le Oran du milieu du siècle dernier. Majestueux.
5. Cahier de notes :  J'avais ramené ce joli cahier lors de mon premier séjour en Inde en 2008. Il rassemble quelques notes prises à la volée, des bouts de texte de chansons, des adresses ou des grandioses dessins de palmier.
6. Trousse à gouter : Un présent de Géraldine aux couleurs de l'un de mes superhéros préféré. J'y cache tout le matériel nécessaire au bon fonctionnement des objets électroniques qui vont suivre dans votre lecture. C'est ma trousse préféré depuis celle que j'avais cassé lors de mon 3ème trimestre de CE2.
7. Laptop : Mon meilleur copain sur la route, mon cyber lien social, mais aussi et surtout un instrument génial pour agencer des textes, et organiser le voyage au quotidien. Il est ardemment protégé par les objets  visibles sur le numéro 14. Don't mess.
8.  Bois sacré : Un fragment mystique ramené par mon pote Brice lors de son voyage en Amérique du Sud. J'en ai croisé sur le marché aux sorcières de La Paz, en Bolivie, il y a quelques mois. On ne connaitra jamais les vertus protectrices, mais le bois apporte une odeur agréable à l'ensemble du sac.
9. Un marqueur indélébile : J'ai quitté le milieu du graffiti assez tôt. J'étais dépourvu d'un quelconque talent, puis je me suis fais chopper au lycée. Je crois que les quelques heures de T.I.G en punition ont eu leur petit effet. Alors le marqueur, c'est uniquement pour inscrire les destinations sur le carton quand on se lance dans des journées d'autostop. True story.
10. Cluques Anti-UV : Un cadeau pour mes 30 balais. Indispensables sur la route avant de se retrouver mal voyant à 40 berges. Déjà que je suis un peu sourd.
11. Téléphone intelligent + Ecouteurs : Comme il en est question dans cet article, j'écoute toujours beaucoup de musique. Les smartphones, c'est toujours un bon plan pour prendre des photos à l'arrachée. D'ailleurs, il y a quasiment aucunes jolies photos dans mon téléphone, juste des images susceptibles de plaire à Instagram.com
12. L'adaptateur : Chaque pays possède sa prise de courant différente. Ce petit bijou permet de s'adapter partout. J'adore ce truc, je sculpterai volontiers de mes mains une statue à l'effigie du type qui a inventé ce chef d'oeuvre.
13. Les guides : Inutile de vous dire que l'on ne se trimballe pas depuis le début avec la collection entière de tous les pays que l'on traverse. Les guides s'échangent dans les auberges pour voyageurs assez facilement. On a même appris à les lire en Anglais ou en Espagnol. En Bolivie, j'ai échangé notre guide australien contre une casserole. Je pense avoir fait une affaire.
14. Couteaux : Je ne l'explique pas vraiment, mais je suis découvert une passion pour les couteaux. Chaque pays possède un artisanat local toujours fascinant. Je me retiens quand même, pour ne pas passer pour un dangereux criminel aux frontières. Et puis n'oubliez jamais d'écouter Crocodile Dundee. La leçon c'est par ICI !
15. Bandana : Un souvenir du Mexique, idéal pour les treks dans les jungles. J'arrive pas à croire que je ne l'ai pas encore égaré.
A plus dans l'autobus, à bientôt dans le rickshaw.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire