mercredi 31 août 2011

Bicyclette.

Toujours pas de psy attitré, j'en profite tant que ce bon vieux clavier montre des dispositions médicinales à mon égard.
C'est bientôt la rentrée, le moment d'aller s'enfermer dans les grandes surfaces pour choisir les cartables, les trousses, cahier de textes et tout le farda. Tout le monde a fait les fournitures? J'entends déjà les marmots se battrent pour savoir qui aura le crayon ou le sac le plus cool. Je ne suis plus au trop au courant de ce qui est "in" chez les moins de douze ans actuellement. Polly Pocket est à la ramasse, Yu-Gi-Oh par contre est en bonne position me souffle t-on dans l'oreillette.
Chez les plus âgé(e)s par contre, il y a comme un vent nouveau qui souffle sur les routes des grandes ville de France, une nouvelle mode qui envahit doucement les citadins les plus en vogue du moment.
Un nouvel engouement pour une bicyclette que l'on nomme à juste titre : Le Fixie.
- Mais qu'est ce donc que le fixie? Demanderons les plus ruraux d'entre vous. Un vélo à pignon fixe. Si tu arrêtes de pédaler, tu arrêtes la petite reine. Autrement dit, un biclou sans roue libre. Une belle machine que domptait Florian Rousseau et ses compères à la fin des années 90. Une charmante bicyclette pour égayer les pistes olympiques, mais un deux roues vraiment pas pratique pour aller à la faculté. Voilà, dans la mode, il y a des trucs qui me dépassent. Bon je renie pas la mode bien au contraire, je suis moi même assez branché(disons sur la collection printemps-été 1997). J'ai une montre spiderman, une moustache et des chemises H&M ("la classe pour les pauvres" comme dit ma cousine), autant vous dire que je suis quand même top fashion.Sic.
Mais bon là cette histoire de fixie c'est vraiment "too much". Comment peut-on remettre en question l'invention la plus cool du 19ème siècle, à savoir l'invention de la roue libre? Un système ingénieux et hop on arrête de pédaler dans les descentes. Quelle trouvaille extraordinaire. Et là, voici qu'on remet au goût du jour, ces vélos sans freins, à pignon fixe. Terminé les descentes à fond de cale les fesses en l'air, la tête coincée dans le guidon, terminé les relances, les feintes de courses, les petites pauses pendant les faux-plats descendants. Je comprends plus.
Quel est donc soudain ce regain de nostalgie qui s'empare de ces jeunes gens? Poussons les choses jusqu'au bout dans ce cas. Rallumons nos minitels, nos téléviseurs noir et blanc, nos tam-tams et laissons nos calèches en double-file!
Je sais bien que je m'emballe pour rien puisque cela concerne qu'une infime partie de la population, certainement celle que l'on appelle "hipster", ou je ne sais quelle autre néo-catégorie sociale que je ne comprends toujours pas.
J'ai 28 berges, je dois déjà être un vieux con ringard qui n'a rien compris. Il n'empêche que chez Décat, il y a des VTT avec 3 plateaux et 7 pignons, et que je suis sur que j'arrive avant vous en haut de la cote de Jolimont.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire