jeudi 22 décembre 2016

2016, le haut de mon panier (2)

C'est toujours difficile de parler de rap. Ce n'est pas ma culture. Ce n'est en aucun cas, le style de musique qui m'a construit, forgé et éduqué. J'ai bien quelques disques majeurs au milieu des années 90 qui ont eu un rôle important, mais j'ai commencé sérieusement à m'intéresser à tout ça, il y a moins de dix ans.  Je n'ai donc peut être pas la légitimité pour parler de rap, et c'est bien pour ça qu'il faut le faire. Toujours pas d'ordre de préférence dans les disques ci-dessous.

RAP FRANÇAIS


DOOZ KAWA "Bohemian Rap Story"
Un disque important puisqu'il est sorti à une période marquante de mon année. Les instrumentaux sont soignés, avec une omniprésence de cordes pouvant faire appel quelquefois aux musiques de l'est.  Les textes toujours aussi réussis, entre ballades imaginaires et chroniques quotidiennes. Les featurings sont bien évidemment de qualité connaissant l'entourage du garçon. (Lucio Bukowski, Anto Serra, Hippocampe Fou...) Le coquin sait également merveilleusement bien jouer de son timbre de voix pour s'adapter aux ambiances des différentes chansons. Gros disque.



CABALLERO & JEAN JASS "Double Hélice"
Mince alors des belges. Je suivais Jean Jass en tant que producteur, mais j'étais passé complètement à coté de ses activités de rappeur.
Alchimie parfaite pour le disque entre les deux gus. 10 titres seulement mais une quantité de métaphores incontrôlables et quelques gros hits qui sortent du lot. Deux flows disparates mais complémentaires, une bonne dose d'humour et en plein milieu, on prend ce GROS HIT.
 KERY JAMES " Mouhammad Alix"
Il est toujours là papa. Indétronable. Un disque placé sous le signe du combat, avec une vision toujours plus négative du monde qui nous entoure. L'un des derniers dinosaure à parler de politique dans le rap, quitte à presque devenir un cliché de lui même. Je continue de manger dans sa cantine même si on commence à avoir fait le tour du bâtiment.
"Rien n'a changé depuis Lettre à la République."
NEKFEU "Cyborg" 
Après avoir fait ses preuves dans les bacs auprès de l'industrie dégueulasse du disque de rap, le jeune parisien prouve à ses collègues de taf qu' à l'heure actuelle, il survole tout le monde en hélicoptère. Le fond et la forme se tiennent enfin la main dans un disque déjà beaucoup trop abouti pour les jaloux. Mon champion actuel. J'espère juste qu'il va finir par arrêter de jouer les tremplins pour son équipe de MJC (mise à part 2,3 exceptions...) et assumer tranquillement son succès du haut de l'hélico.
DROOGZ BRIGADE "Projet Ludovico"
Les gros punks de ma ville. Toujours plaisant de voir l'énergie d'un collectif comme moteur d'un projet de disque. L'équipe base sa musique sur un parallèle poignant avec le monde du cinéma, en l'occurence ici avec l'univers d'Orange Mécanique. C'est violent, cru, et truffé de jeux de mots douteux, mais toujours finement référencé. Al'Tarba, chef d'orchestre de la troupe et l'un des meilleurs beatmaker ne deçoit à aucun moment, dans des prods toujours plus sombres et percutantes. C'est simple, c'est tellement cool, que l'on dirait un groupe de punk.

Pour ceux que ça intéresse, le disque est disponible ici !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire